Louis Guilloux, un écrivain méconnu

guilloux_portrait

 

Dès son premier ouvrage, La Maison du peuple (1927), Louis Guilloux a évoqué son enfance bretonne, marquée par la figure d’un père cordonnier et militant socialiste de la première heure, demeurant ainsi fidèle à ses origines populaires. Il serait pourtant réducteur de le ranger parmi les écrivains populistes des années vingt. Le Sang noir (1935) en atteste : ce chef d’œuvre l’a placé d’emblée parmi les plus grands romanciers de son temps. Cette peinture terrible d’une ville de l’arrière en 1917 est une plongée sans concessions dans les tourments de la condition humaine. Du Pain des rêves (1942) à Coco perdu (1978), Louis Guilloux a poursuivi cette évocation du monde moderne gagné par la souffrance et le désespoir. Nous aborderons cette œuvre d’une grande intensité qui a su sonder la complexité du réel et témoigner des troubles de l’histoire contemporaine.

Publié dans le XXe siècle, Littérature française, Nouveaux sujets de conférence Tagués avec :