L’autobiographie moderne, de Jean-Jacques Rousseau à Jean-Paul Sartre – 4e séance : Si le grain ne meurt (1926) d’André Gide – L’Âge d’homme (1939) de Michel Leiris

L’autobiographie moderne, de Jean-Jacques Rousseau à Jean-Paul Sartre – 4e séance : Si le grain ne meurt (1926) d’André Gide – L’Âge d’homme (1939) de Michel Leiris


Détails de l'événement


C’est au commencement du romantisme que l’autobiographie moderne est apparue. Avec Jean-Jacques Rousseau, la valorisation de l’intime et l’analyse introspective fondent une nouvelle « écriture du moi ». Dès le début des Confessions, un pacte est proposé au lecteur : dans un souci d’authenticité, un homme fait le récit rétrospectif de sa propre existence en insistant sur l’histoire de sa personnalité. De Rousseau à Jean-Paul Sartre, nous évoquerons quelques œuvres essentielles de la littérature autobiographique française.