La littérature américaine au XXe siècle, d’Henry James à  William Faulkner (1890-1940)

 

KLHenryJames

C’est aux alentours de 1890 que la frontière se ferme et que, les terres libres ayant été conquises, la promesse du rêve américain semble  révolue. Les écrivains ont alors pris acte de ce tournant face à la modernité : les auteurs réalistes (de Sinclair à Dreiser) n’ont pas cessé de dénoncer les excès du capitalisme et l’opportunisme démesuré d’une société consumériste. Mais  nous montrerons que ce sont avant tout les auteurs de « la génération perdue » (Dos Passos, Hemingway, Fitzgerald) qui ont inventé le roman américain, qu’ils fassent la peinture désenchantée des années folles ou qu’ils évoquent la civilisation aliénante et déshumanisée du XXe siècle. Avec la crise de 1929 et l’effondrement de l’économie du Nord, le salut littéraire vient désormais du Sud : de Thomas Wolfe à William Faulkner, ces écrivains ont apporté non seulement une dimension universelle à la fondation du mythe sudiste mais ont  aussi renouvelé l’esthétique littéraire nationale.

Publié dans américaine, Littérature étrangère Tagués avec : , ,