La poésie française à la fin du XIXe siècle (1866 –1898) : de la naissance du Parnasse à la mort de Stéphane Mallarmé

verlaine_rimbaud

Délaissant l’héritage romantique et parnassien, la génération poétique des années 1870 est née d’une déchirure politique : la Commune. C’est ainsi qu’émergent à travers les œuvres variées et exceptionnelles de Lautréamont, de Rimbaud, de Corbière, de Cros, de Laforgue, de Verlaine, de Mallarmé, de Claudel ou de Jarry une nouvelle forme de lyrisme ainsi qu’une poésie plus réflexive, plus ironique qui aboutira à « la crise du vers » et à la naissance du vers libre. Nous aborderons la vie littéraire foisonnante de cette époque à travers l’évocation des cafés, des cabarets, des revues et des mouvements et nous montrerons que ces poètes de la modernité ont tenté en rénovant le langage d’affronter le malaise « fin de siècle ».

Publié dans Le XIXe siècle, Littérature française Tagués avec : , , , , , ,