Dès la fin du XVIIe siècle, les héroïnes du roman européen sont toutes confrontées au dilemme de la libéralisation des passions. Un nouveau discours amoureux apparaît en effet au XVIIIe siècle et se poursuit jusqu’à la fin du siècle