Boris Vian, un écrivain libertaire

 

Boris Vian n’est devenu un mythe qu’après sa mort prématurée en 1959 à l’âge de trente-neuf ans. Musicien, parolier, amateur de jazz, Vian a d’abord et avant tout été un écrivain. Dans ses romans, notamment L’Ecume des jours (1947), Il a su rendre un univers naïf et cruel où le merveilleux se confronte à l’absurde, révélant, à travers une langue inventive, une angoisse profonde de la maladie et de la mort. Célébrant le monde par le rire et la poésie, Boris Vian a refusé les honneurs et les mots d’ordre d’une époque pourtant prodigue en slogans idéologiques et a pu ainsi dynamiter les conventions de la littérature officielle.

Tagués avec :