Tristan Corbière n’a connu de son vivant aucune gloire littéraire. Natif de Morlaix et fils de l’écrivain Edouard Corbière, il est mort en 1875 à l’âge de trente ans, après avoir publié Les Amours jaunes, son unique recueil poétique.